Accueil > Le diocèse > Mgr Dominique Lebrun, ancien évêque de Saint-Etienne > Homélies de Mgr Dominique Lebrun ancien évêque de Saint-Étienne
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet 1er janvier 2011 : Homélie de Mgr Dominique Lebrun

Solennité de Sainte Marie, mère de Dieu – Cathédrale saint Charles – 1er janvier 2011

- Télécharger au format PDF

Homélie

Sainte Marie, mère de Dieu !

C’est la fête d’aujourd’hui ; c’est le plus beau titre que les disciples de Jésus peuvent donner à celle qui retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur (Lc 2, 19). C’est ainsi que nous nous adressons à la mère de Jésus dans le « Je vous salue Marie », après avoir dit la salutation de l’ange et celle d’Elisabeth : Sainte Marie, mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs …

Comment est-ce possible que Dieu ait une mère ? Question bien légitime … qui fait écho à la question de la Vierge Marie elle-même : comment cela va-t-il se faire ? (Lc 1, 34) Qui fait écho aussi, semble-t-il, aux multiples interrogations autour de la crèche : Et tout le monde s’étonnait de ce que racontaient les bergers (2, 18).

C’est autour de la crèche, en écoutant, en méditant, en adorant, que nous pouvons accueillir cette profonde vérité qui éclaire l’avenir de notre humanité. Si Jésus est vraiment homme et vraiment Dieu alors la barrière entre l’homme et son Créateur est définitivement abolie en sa personne.

Si Jésus, vrai homme, est vraiment Dieu né de Dieu, sa Maman est la mère de Dieu. Appeler la Vierge Marie, mère de Dieu, c’est découvrir en la nouvelle Eve la vocation divine de la femme et de toute l’humanité. Ainsi, tu n’es plus esclave, mais fils, et comme fils, tu es héritier par la grâce de Dieu (Ga 4, 7), avons-nous entendu dans la bouche du premier missionnaire, St Paul.

Il nous faut du temps pour que pénètre en nos cœurs cette vérité. Marie, elle-même, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur.

Le Pape Benoît XVI, dans son message pour le 1er janvier, propose de réfléchir en profondeur sur le lien entre la foi chrétienne et la paix dans le monde. La paix ne peut s’imposer par les armes ni même par des lois sauf à préparer une nouvelle guerre. La paix ne peut jaillir que du cœur de l’homme qui retrouve sa vocation divine à l’amour infini. La paix adviendra lorsque l’humanité toute entière accueillera sa vocation de fils et filles de Dieu et qu’ensemble les hommes appelleront Dieu « Abba, notre Père ».

Et comment retrouver cette vocation sinon en accueillant Jésus qui la révèle dans sa radicalité, sa beauté et sa profondeur la plus parfaite ? C’est pourquoi la religion chrétienne ne peut être une affaire privée, au risque d’empêcher le monde de boire à la source. Ce serait défigurer la foi chrétienne. Le Pape plaide pour la liberté religieuse qui comprend aussi la liberté de se convertir, corollaire de la liberté de conscience.

Se convertir, c’est le mouvement de Marie, de Joseph, des bergers, et des autres personnes présentes à la crèche qui ouvrent leur cœur à la Parole de Dieu qu’est l’enfant né de Marie, conçu de l’Esprit Saint.

Nous ne pouvons plaider avec le Pape pour la liberté religieuse dans le monde, sans nous interroger sur l’usage que nous faisons de la liberté dans notre pays. Il nous faut aussi nous interroger sur la manière de répondre aux attaques dont la religion chrétienne fait l’objet.

La conversion à l’amour est la seule réponse et le seul chemin qui soit tout à fait sûr. C’est celui qu’emprunte la Vierge Marie depuis Nazareth jusqu’à Jérusalem, en passant par Bethléem et l’Egypte, depuis son humble maison jusqu’au calvaire en passant par la crèche et l’exil.

C’est le chemin de toute notre vie depuis notre maison, notre cœur jusqu’à la mort, en passant par la croissance et les épreuves.

Que la Vierge Marie nous entraîne dans la méditation de l’amour dit par Jésus ; qu’elle nous protège de toute lâcheté devant la Vérité de la vocation divine de l’homme ; qu’elle nous assiste dans nos combats intérieurs et extérieurs contre le mal : Sainte Marie, mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs maintenant et à l’heure de notre mort.

DOMINIQUE LEBRUN
Evêque de SAINT-ETIENNE





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 02.01.2011 20:49 - Mis à jour le : 04.01.2011 13:43