Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Dossier : 50ème anniversaire du Concile Vatican II à Lourdes
Inscription Pélé du Puy 2017

Don en ligne

galet « Etre chrétien, c’est être signe de Dieu »

Un des messages retenu par Emmanuelle Chorain de la conférence de Mgr Eric de Moulins-Beaufort sur le thème « L’Eglise signe de Dieu et annonciatrice de la paix » dans le cadre des 50 ans de l’ouverture du Concile Vatican II, célébré à Lourdes le 24 mars 2012 .

- L’Eglise vient de Jésus-Christ et elle conduit à Lui mais c’est Jésus-Christ qui nous conduit à elle ! En 1962, c’est un temps opportun pour l’Eglise d’accueillir le monde tel qu’il est parce qu’elle-même comprend mieux qui elle est et ce qu’elle a à faire ! Elle prend conscience avec le Concile Vatican II qu’elle est Sacrement, un signe visible et efficace dans ce qui est invisible, ce grand mouvement de Dieu à travers l’Histoire. Les textes du Concile mettent en lumière cette sacramentalité de l’Eglise ; elle n’est pas une institution toute faite, elle est un don d’en haut.

- Les pères conciliaires redéfinissent la hiérarchie de l’Eglise en repartant des commencements : Jésus-Christ a choisi ses apôtres qui eux-mêmes ont choisi des successeurs…Le collège des évêques n’est donc pas une « collection » qui prend des décisions. Le successeur de Pierre et les évêques sont la plénitude du sacerdoce. Les ministres ordonnés des années 1960 sont marqués par le fait que des laïcs puissent devenir des militants dans les mouvements d’action catholique et qu’ils en sont capables !! A partir de là le concile reconnaît qu’un laïc agit avant tout sur le fondement de son baptême, par le Christ lui-même ! On assiste à un renouvellement du regard sur les laïcs (par exemple dans Lumen Gentium, le texte traite d’abord du peuple de Dieu avant de traiter de l’épiscopat, une petite révolution !!)

- Le concile se penche sur le rôle des religieux : des chemins variés pour répondre à l’appel du Christ ; les religieux rendent visible le fait que l’appel de Dieu à donner sa vie entière est possible !

- L’œcuménisme a été aussi au cœur des débats : L’Eglise catholique est tissée par ce que Dieu donne aux hommes ; elle doit accepter de progresser et de recevoir des autres Eglises Chrétiennes….

- Etre chrétien ce n’est pas faire le minimum pour avoir le salut ; ce n’est pas non plus adhérer à un club de prestige, c’est être de l’Eglise pour être témoin, être signe de Dieu. On n’est pas chrétien tout seul, on est porté par les autres ; la communion de l’Eglise passe par la communion épiscopale avec des hommes aux talents variés. Tout envoyé doit veiller à ce que sa vie corresponde à ce que le Christ nous a enseigné ; la communion et l’Esprit-Saint sont là pour nous y aider. Il s’agit de faire de sa vie une offrande qui plait à Dieu, une action de grâce et de louange envers le Dieu créateur…c’est le sens de la messe dominicale essentielle pour chacun.

- Nous vivons dans un monde ou être croyant est une option qui demande un choix qui se traduit par une multiplicité de choix au quotidien à la lumière du Christ. L’Eglise rend visible la qualité, la bonté, la beauté de ce que l’homme est appelé à vivre. Le concile Vatican II donne encore des indices à l’Eglise pour qu’Elle puisse vivre dans les siècles à venir !!

Emmanuelle Chorain





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 27.03.2012 14:04 - Mis à jour le : 29.03.2012 14:05