Accueil > Le diocèse > Mgr Dominique Lebrun, ancien évêque de Saint-Etienne > Homélies de Mgr Dominique Lebrun ancien évêque de Saint-Étienne
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet Homélie de Mgr Lebrun - 3ème dimanche de Pâques

Dimanche 19 avril 2015 à la

Troisième dimanche de Pâques - Cathédrale Saint-Charles

Le 19 avril 2015

Ac 3, 13-15.17-19 ; Ps 4
1 Jn 2, 1-5a ;Lc 24, 35-48

Homélie

« Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! » (Lc 24, 39). Frères et sœurs, personne n’y échappe ! MARIE MADELEINE, les compagnons d’Emmaüs, THOMAS, les onze apôtres, tous ont du mal à reconnaître JESUS Ressuscité. Ressuscité, JESUS n’est plus tout à fait le même. Il n’est plus soumis à la mort. Il n’est que Vie, vie éternelle, le « Prince de la vie », comme dit PIERRE (Ac 3, 15). Les apôtres n’ont pas fait les fiers, en racontant leurs hésitations. C’est même un signe de l’authenticité de leur témoignage. Il se peut que nous ayons nous aussi des doutes et des inquiétudes : « Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit », raconte Saint LUC (24, 37).

C’est pourquoi l’Eglise nous propose ce long temps pascal pour écouter les premiers témoins et, surtout, entendre à nouveau Jésus : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem » (LC 24, 46-47).

Notez bien les trois termes, les deux premiers concernent JESUS et le troisième nous concerne : la passion de JESUS, sa résurrection et notre conversion ! C’est peut-être là une source d’incrédulité pour nos contemporains. Personne ne peut nier la mort de JESUS en croix. Quant à sa résurrection, elle ne peut être crédible que par ses fruits. La foi, ce n’est pas seulement la conviction que JESUS est sorti du tombeau. La foi, c’est notre conversion. Sinon, nous sommes de ceux à qui PIERRE s’adresse : « Vous l’avez renié le Saint, le Juste … vous avez tué le Prince de la vie » (Ac 3, 14.15). En ce qui concerne le reniement, Pierre sait de quoi il parle.

Alors, écoutons Saint JEAN : « Si l’un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père, JESUS Christ le Juste » (1 Jn 2, 1). JESUS ajoute : « A vous d’en être les témoins ! » (Lc 24, 48). Jésus a besoin de témoins, c’est-à-dire, au fond, de pécheurs qui se convertissent. La conversion est un fruit de la résurrection plus encore qu’un effort de carême : « Convertissez-vous donc et tournez-vous vers Dieu pour que vos péchés soient effacés » (Ac 3, 19), dit PIERRE dans l’une de ses premières prédications après la résurrection. Parce que JESUS est ressuscité, le péché a perdu la partie. Le mensonge ne mène à rien, l’égoïsme non plus, sinon à la souffrance. Le regard du Père sur son Fils, un regard plein d’amour, s’étend à la multitude de ceux qui accueillent ce regard sur eux-mêmes et sur tous les hommes. Comment faire, si nous mentons à nos proches ? Comment faire si nous excluons un tel ou un tel de l’amour universel que Dieu a mis dans notre cœur ?

Frères et sœurs, mettons notre joie à fêter le Ressuscité, dans la joie de la conversion ! C’est la joie de l’Evangile.

† DOMINIQUE LEBRUN





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 20.04.2015 11:05