Accueil > Actualités > Reportages et photos > Dossier spécial : JMJ Cracovie 2016
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet Les JMJ Cracovie : Journal de bord des stéphanois

Chaque jour, un récit imagé, envoyé par Etienne et une équipe

18 juillet : départ

A 4.15, nous avons récupéré nos badges de jmjistes sur le parking du stade Geoffroy Guichard. Le père Jacques Brun nous a accueillis par quelques mots pour nous mettre en marche avec le Seigneur. Nous avons chanté "écoutes ton Dieu t’appelle". Mgr Sylvain Bataille a enchaîné avec l’évangile des disciples d’Emmaüs, et nous a invités à confier nos interrogations au Seigneur avant de nous bénir et de chanter l’hymne des JMJ. Nous sommes partis à 5.05.

Nous avons fait un bon voyage en car durant lequel nous avons fait un speed dating pour apprendre à nous connaître. Nous avons pris le repas divisé en fraternité avant de repartir pour notre première escale. On a pu découvrir la vie du pape St Jean Paul II à travers le film "Karol".

Nous sommes arrivés à Gelendorf à 17.30 où nous avons célébré la messe en français et en allemand avec le père Thomas, ses paroissiens et le maire de la ville. Ils nous ont accueillis autour d’un repas fraternelle typique de Bavière.

19 juillet

Ce matin nous sommes partis en direction du camp de concentration de Dachau où nous avons célébré la messe dans le carmel qui est au fond du camp. Dans son homélie, l’évêque nous a rappelé que dans un lieu qui a vu tant de mal, l’amour est toujours présent. Le blochaus numéro 26 était celui des prêtres polonais, ils célébraient la messe. C’est toujours l’amour qui a le dernier mot comme en témoigne les lieux de cultes catholique, juif et protestant érigés après la libération du camp. Nous avons visité le camp avec des audioguides, et à midi nous avons mangé en fraternité, et nous avons partagé autour de ce qui nous a marqué durant la visite.

Puis nous avons eu une célébration dans le lieu de mémoire catholique où chaque fraternité devait écrire une intention de prière. Le soir nous avons pu manger une glace ou boire une bière bavaroise dans la vielle ville de Dachau. Nous avons pris le repas dans une auberge avant de repartir pour la Pologne. Nous allons passer la nuit dans le car.

20 juillet

Nous sommes arrivés à 9 heures ce matin à Kalisz, la plus vieille ville de Pologne. Notre premier arrêt fut le séminaire de Kalisz où le père Marcin à retrouvé ses amis, dont le supérieur, l’abbé Jarek. Le père Marcin était cette année à Saint Genest Malifaux. Nous avons été accueillis par des prêtres en soutane dont les discours en polonais étaient traduits directement. Des jeunes paroissiens polonais nous ont remis des "Welcome packs" qui comprenaient un plan de la ville, un précis d’histoire sur la Pologne et un T-shirt. Puis nous avons été dispersés dans les familles d’accueil par groupe de 2 ou 3. Nous avons eu le temps de faire connaissance avec nos familles, de prendre une douche ainsi qu’un petit déjeuner copieux avec de la charcuterie pour nous remettre de notre nuit passée dans le car.

A 11h nous avions rendez-vous dans l’église des Jésuites pour la messe. C’était une église richement décorée de style baroque, foisonnant de marbre et de dorures. L’évangile du jour était celui de la parabole du semeur. L’homélie de Monseigneur Bataille portait sur les talents que Dieu nous a donnés dans son amour. C’est lui qui a choisi ce qu’il veut nous donner, mais c’est à nous d’accepter ou pas de faire fructifier nos talents, toujours au service des autres. Par la prière nous pouvons découvrir à quoi nous sommes appelés par le père.

Nous avons pris le repas dans un centre paroissiale où les jeunes nous ont servi des salades composées et un gratin de pâtes élaboré. Vraiment nous sommes accueillis très chaleureusement.

L’après-midi a commencé par une visite de la vieilles ville de Kalisz. Nous avons échangé nos euros contre des zlotis avant de nous rendre à la cathédrale pour une visite guidée par un prêtre du séminaire qui parle français. Nous avons visité le château de Gotuchow.

Puis nous sommes partis en bus, escortés par la police, vers une propriété avec un immense parc à 20 km de la ville. Le père Jacques a proposé une catéchèse sur la miséricorde qui est le thème de ces Journées mondiales de la jeunesse. La journée s’est terminée par une soirée de louange avec deux groupes diocésains d’Italie et de Slovénie. L’animation était faite par les Jmjistes de Kalisz et alternait entre les chants, les danses, et les joyeuses acclamations de la foule.

21 juillet

La journée a commencé par des danses pour se remettre dans l’ambiance, dans le gymnase qui sert aux animations.
Un père polonais nous a dispensé un enseignement sur la question : qui est Dieu ? Il a pris comme support des paraboles tirées de l’évangile de Saint Luc, celles de Marthe et Marie, de la brebis égarée, du fils prodigue et de la femme qui se réjouie avec ses amis d’avoir retrouvé sa pièce d’argent.

Puis nous avons assisté à la messe donnée par l’évêque titulaire de Kalisz dans l’église dédiée à Saint-Joseph. L’église était pleine, les gens s’asseyaient par terre dans l’allée centrale.
Nous avons ensuite mangé en fraternité sur le terrain de foot derrière le gymnase. La nourriture est toujours bonne et variée, nous passons d’excellents repas. Puis nous nous mesurons au foot et au volley-ball avec nos nouveaux amis Italiens, Slovènes et Polonais. L’atmosphère est toujours joyeuse, aucun membre du groupe n’est laissé à l’écart.

À 15h, la modèle Anne nous a raconté sa conversion qu’elle raconte dans son livre biographique. Après la disparition de son père alcoolique, elle connaît la dépression et la prostitution. On lui propose d’être modèle. Elle fréquente alors le milieu de la mode à Milan et vit avec un homme riche qui lui dit qu’il peut lui offrir tout ce qu’elle désire sauf l’amour. Un jour, un homme barbu lui apparaît dans une vision. Elle apprendra plus tard qu’il s’agissait du padre Pio. Elle commence sa quête de l’amour qui la mènera à Medjugorge, puis sur la voix du pardon et de Jésus Christ.
Nous avons visité le centre ville et goûté les bières polonaises dans les bars.

Nous terminons l’après-midi par du sport.
Les JMJ sont vraiment l’occasion de vivre l’instant présent. La notion du temps est différente, notre emploi du temps est toujours rempli, nous nous laissons porter sans être préoccupé par quoique ce soit.
Enfin, nous avons eu la veillée prière et louange en polonais. L’équipe d’animation est très talentueuse et sait mettre l’ambiance comme il se doit.

22 juillet
Nous avons débuté cette journée de la même manière que les jours précédents avec le petit déjeuner en famille et à 9 heures la louange. Cette fois, nous avons eu un enseignement de catéchisme sur la miséricorde, similaire à celui du père Jacques Brun deux jours avant. Avant la messe à la basilique, nous avons profité d’un moment de répit pour nous retrouver en petite fraternité (frat) et discuter du témoignage de la veille qui a soulevé beaucoup de questions.

La messe a été célébrée par notre évêque. C’est lui qui a fait l’homélie sur le passage de Marie-Madeleine. Cette messe était un peu spéciale parce que le 22 juillet est le jour de la naissance de Mgr Bataille. Nous lui avons donc offert une icône qui représente le Christ vu par Sainte Faustine et des mots de remerciement avant la bénédiction. Cette année sera pour lui une année de découverte du diocèse, il est déjà très confiant en voyant les jeunes des JMJ.


Après le repas nous avons rejoins un église en ville. C’est une église moderne en béton telle une immense voûte qui s’élève vers le ciel. Nous entrons dans un seul volume baigné de lumière coloré par les vitraux bleus et orangé. Ici nous avons commencé la procession derrière le tableau du Christ miséricordieux. Sous ce tableau est écrit "Jezu Ufam Tobie" : Jésus j’ai confiance en toi. Un bus à étage londonien servait de char à la chorale. Les drapeaux, et les ballons colorés accompagnaient le cortège.

Nous avons rejoins l’église des Jésuites pour un repas convivial dans les jardin du cloître. La veillée à été une soirée de prière avec le groupe de musique.

23 juillet

Le matin nous avons chanté avec le groupe de musique de la paroisse. Vous pouvez aller faire un tout sur leur site web pour les découvrir : www.domjozefa.tv. Puis nous avons eu une catéchèse toujours sur le thème de la miséricorde, suivi d’un petit temps en petite fraternité. A 12h, nous avons célébré la messe à Saint Joseph. L’après-midi était consacré au Festival des nations.
Nous avons eu des épreuves sportives en foot, volley ball, escalade et athlétisme. Ces épreuves se sont conclues par un cours de zumba. Nous avons passé notre temps libre après le repas du soir dans la ville. Les polonais avait organisé un concert et un spectacle. Ils avaient installé une estrade dans l’esplanade derrière le sanctuaire Saint Joseph. Les familles étaient venues nombreuses admirer le spectacle joué par les jeunes de Kalisz. Ces derniers ont interprété une danse qui illustre l’histoire de la Pologne.

Le spectacle était suivi d’un concert de pop-louange donné par le groupe de musique de la paroisse. La foule dansait, chantait, et tapait des mains, la joie était à son paroxysme.

Dimanche 24 juillet
Ce dimanche fut le dernier jour à Kalisz. Nous avons passé cette journée dans les familles. Pour la plupart, les familles étaient au complet : grand parents, parents, enfants et petits enfants. Le matin, nous avons déjeuné ensemble puis nous sommes allés à la messe dans nos paroisses respectives. Nous avons reçu une bénédiction personnelle donnée par le curé de la paroisse. Nous avons déjeuné en famille. Nos hôtes nous avaient préparé des repas abondants, avec de la volaille farcie, des soupes, des salades de légumes et de la charcuterie.

Nous avons passé l’après midi à visiter la ville.
La journée s’est terminée par une soirée d’au-revoir avec des témoignages des jeunes sur ce qu’ils ont vécu pendant cette semaine.

Nous étions tous touchés par l’hospitalité des polonais et nous en avons profité pour les remercier. Le soir, nous avons dis Au revoir aux familles car demain nous partons à 7 heures en direction de Czestochowa - un lieu de pèlerinage très connu en Pologne - sur la route qui nous conduira à Cracovie !

Lundi 25 juillet
Nous sommes partis ce matin à 7 h 30, après avoir pris des photos de groupe et dit Au revoir aux familles. Nous avons roulé pendant trois heures sur les routes nationales de Pologne. Nous en profitions pour finir nos nuits. Sur la route nous avons croisé beaucoup de cars étrangers qui se rendaient comme nous à Jasna Gora. Jasna Gora est le lieu de pèlerinage le plus fréquenté en Pologne.

Les pèlerins viennent vénérer une image miraculeuse de la Vierge à l’Enfant. Nous avons fait un petit tour du sanctuaire, de la chapelle et de la basilique. La foule était innombrable et nous avions peu de place pour circuler mais ça valait le coup, la richesse des lieu était époustouflante.
Nous avons pris le temps de manger les sandwichs préparés par les familles avant de retrouver dans la chapelle pour une petite messe en français. Nous avons repris le car vers 16 heures et nous avons roulé dans un trafic dense avant d’atteindre notre destination : Kalwaria Zebrzydowska (kalwaria peut se traduire par le calvaire et zebrzydowska est le nom du fondateur de la ville). C’est une petite ville de 5000 habitant à environ une heure de train au sud-ouest de Cracovie.

Nous avons été reçus par un comité d’accueil qui nous a remis notre kit de pèlerins, un sac à dos avec nos laissez-passer, des guides et un imperméable (en espérant que nous n’ayons pas à nous servir de ce dernier !). Nous sommes logés dans de nouvelles familles qui nous ont réservé un accueil chaleureux. Certains d’entre nous dorment dans un gymnase. _ Demain, nous partons à Cracovie pour la cérémonie d’ouverture des JMJ.

Mardi 26 juillet
Nous sommes arrivé à 10 h 30 sur le lieu des sanctuaires de Sainte Faustine et de Saint Jean-Paul II qui se trouvent au sud de Cracovie. Le train pour Cracovie était rempli de jmj-istes. Nous avons rencontré des Français, des Américains, des Brésiliens. Les groupes affluaient de partout sur le lieu des sanctuaires. Nous avons attendu avec l’évêque, la nièce du Cardinal Deskur, un des meilleurs amis de St Jean-Paul II. Celle-ci nous a fait entrer dans une chapelle sous le sanctuaire où repose le corps du cardinal et nous a raconté son histoire. Nous avons profité d’être dans ce lieu pour prier avec les reliques de St Jean-Paul II. Puis nous avons marché vers le centre ville avec d’autres groupes de pèlerins.

Nous mangeons grâce à des tickets que nous échangeons contre des piques-niques dans des points de restauration. Les transports en commun sont souvent pleins, nous marchons beaucoup. Nous avons tout de suite rejoint la plaine de B ?onia pour assister à la cérémonie d’ouverture à 17h30. Nous espérions ne pas nous servir de nos capes de pluie malheureusement le vent s’est levé et la pluie est tombée. La plaine est découpée en carré, nous avions un emplacement (relativement) proche de la scène. La pluie s’est arrêtée juste avant la messe et nous avons pu suivre la célébration. Le groupe qui participe seulement à la deuxième semaine des JMJ venait d’arriver de Sainté. Ils ont fait un long voyage mais sont arrivés à temps pour la messe. La célébration était célébrée par un évêque, le coordinateur général des JmJ, et traduite en direct sur nos smartphones.
A la fin nous sommes sortis en direction du train, les transports étaient pleins, les rues bondées et nous avons mis toute la soirée pour atteindre la gare. Les trains étaient remplis aussi. Finalement nous avons atteint Kalwaria à deux heures du matin.

Mercredi 27 juillet

Nous avons profité de cette journée pour nous reposer de la veille ; nous avons suivi les programmes proposés sur le lieu du Young Festival (YF). Le matin, la louange est animée par nos chers musiciens du groupe Maranatha. On enchaîne ensuite avec la catéchèse donnée par les évêques qui nous accompagnent. La scène est installée sur un terrain de football proche du centre du village. Nous sommes en compagnie d’autres groupes de Français. Nous terminons notre matinée par une messe. Nous avons mangé dans le village toujours en fraternité. L’après-midi, certains sont allés au monastère des Bernardins qui fait la renommée de la ville de Kalwaria. On peut admirer un tableau de la Vierge à l’enfant. C’est un tableau miraculeux parce que la Vierge a pleuré des larmes de sang. Le Pape Jean Paul II confiait à la Vierge les décision importantes de sa vie.

Arrivée du pape

Pendant ce temps, d’autres se reposaient sur le terrain de foot. Nous les avons rejoint pour suivre l’arrivée du pape sur l’écran géant. Il est arrivé au château de Wawel, le lieu du pouvoir royal de Cracovie. Le président a fait un discours pour l’accueillir. Puis c’est le pape qui a fait un discours. Malheureusement ce n’était pas traduit en français. Nous sommes allés manger en ville avant le concert du soir.

Un groupe de musique chrétienne polonais a donné un concert pour la veillée, ils s’appellent Soul’n’voices, c’est un choeur de chanteurs accompagné de musiciens.

Jeudi 27 juillet
Ce matin nous avons eu une catéchèse qui avait pour thème "le temps de la miséricorde" par un jeune évêque de Martinique qui parlait, suivie d’une messe habituelle. L’après-midi nous avons tous souhaité aller voir le discours du Pape à Cracovie.....

A suivre





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 30.07.2016 10:35 - Mis à jour le : 02.08.2016 11:07