Accueil > Agenda diocésain
13.

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet Projection du film " Capharnaüm" et échange

Dans le cadre de l’opération "Carême en family" , la paroisse Saint François en Forez et le comité du jumelage des deux diocèses de St Etienne et de Batroun au Liban s’associent pour vous inviter à la projection du film

Capharnaüm
mardi 12 mars 2019 à 20 h
au Family cinéma à St Just St Rambert

A l’issue de la projection un échange nous permettra de mieux comprendre cette réalité méconnue du Liban… Le pays du monde qui accueille le plus de réfugiés… dans l’indifférence de l’opinion publique internationale.

Voir les autres soirées programmées pour le Carême 2019

Le sujet du film, le drame de la vie d’un enfant, réfugié syrien qui erre dans les rues et les bas fonds de Beyrouth sans autre but que celui de survivre avec une énergie étonnante… Il va jusqu’à assigner ses parents au tribunal en leur reprochant de l’avoir fait naître ! Il pose la question que sans doute beaucoup d’enfants des rues à Beyrouth mais aussi dans toutes les grandes villes du monde se posent : « Pourquoi mes parents m’ont-ils donné la vie ? S’ils savaient qu’ils allaient me maltraiter de la sorte ! ». Zaïn ne parviendra pas à sauver sa sœur. Il croisera dans sa révolte Yonas le fils d’une africaine sans papier… il le protège avec un instinct maternel éblouissant ! C’est la plongée dans le Beyrouth sordide, avec son univers très sombre, à coté des palaces luxueux et des casinos ! Nadine Labaki a tourné pendant six mois dans les rues de Beyrouth, les bidonvilles immondes près du port. Elle a laissé jouer les enfants devant la caméra avec une spontanéité et une vérité touchantes.

Nadine Labaki aime le Liban. Elle a commencé sa vie professionnelle en tournant des publicités, des scènes où le luxe s’étale sans voir la misère. Dans ce film elle a voulu percer un peu le secret de ces enfants et de ces pauvres que les conflits, les guerres ont jeté dans les arrières cours de Beyrouth comme la mer rejette sur la plage des déchets. Réfugiés, entassés dans des appartements sans confort, sans papiers, sans éducation pour les enfants, sans avenir pour les adultes. La société libanaise abrite aussi cette misère là. Il y a aussi les centaines de travailleurs clandestins attirés par la richesse de ce pays et qui se frottent à la dure réalité économique.

Le personnage de Zaïn éclaire de bout en bout ce film, sa ténacité, son intelligence, sa violence intérieure sont d’une grande force. C’est un enfant et son visage a la dureté de celui des adultes avec qui il vit. Ce film vous donnera envie d’aider les Zaïn du Liban et d’ailleurs et de soutenir ceux qui agissent pour que les enfants de la rue puissent retrouver les joies de leur age sans être détruit par la médiocrité et la lâcheté des adultes.

NADINE LABAKI – 45 ans – maman de deux enfants est devenue en quelques années une cinéaste connue. Son premier film « Caramel » sur la vie des femmes à Beyrouth a été primé à Cannes. Son deuxième film « Et maintenant on va où ! » sur l’absurdité de la guerre au Liban a eu un grand succès. Elle a passé beaucoup de temps pour filmer ces enfants de Capharnaüm… il n’y a aucun acteur professionnel dans le film. Nadine LABAKI apparait comme avocate dans le film défendant au tribunal la cause de Zaïn





Version imprimable de cet article Version imprimable
{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Publié le : 03.03.2019 13:57 - Mis à jour le : 11.03.2019 13:27