Accueil > Le diocèse > Ministères (prêtres, diacres, laïcs) > Les prêtres
Chaîne d’Adoration eucharistique continue pour le diocèse

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet Que font les prêtres ? A quoi occupent-ils leurs journées ? Et puis surtout, comment et pourquoi sont-ils devenus prêtres ? : témoignage du Père Gilbert Thollet

Un témoignage de Gilbert Thollet, curé de la paroisse Saint François en Forez

.

Mon enfance - ma jeunesse - la JOC

Je suis né à Saint-Christo-en-Jarez en 1955, d’une famille de quatre enfants. Mon père était mineur de fond à la Talaudière et ma mère au foyer. A douze ans un prêtre de passage à l’occasion des "Missions" m’a posé cette question d’être prêtre. Pourquoi pas ? et me voilà parti pour des études au séminaire de Tullins et de Voreppe dans l’Isère et enfin à Oullins. Pourquoi tous ces changements ? Parce que les séminaires fermaient les uns après les autres.

En terminale, après mon BAC je pensais rentrer au Grand Séminaire et là l’échec : un BAC raté brillamment, moi qui n’étais pas un mauvais élève ! Terminées les études, je resterai à la charcuterie du Casino où je travaillais déjà dès que j’avais quelques vacances afin de me faire un peu d’argent pour la voiture. Toutes ces études pour finir ouvrier qualifié travaillant à la chaîne en boucherie quel gâchis ! Je décidais alors d’entreprendre des démarches pour partir comme "Volontaire du Progrès" en Afrique, histoire de justifier auprès de mes parents tout cet argent sacrifié pour mes études ; mais on voulait des maçons et des médecins mais pas de boucher-charcutier.

Personne ne veut de moi ? c’est bon je ferai carrière à Casino. Et puis voilà qu’un de mes anciens professeurs m’écrit : "Avant d’être missionnaire là-bas, sois missionnaire ici". Ah bon ? "Va rencontrer des jeunes comme toi qui logent au Foyer Jean XXIII vers Châteaucreux".

JPEG - 66.1 ko
Thollet Gilbert - photo Eglise à St Etienne

Rencontre décisive : voilà qu’on me propose de me retrouver avec d’autres jeunes qui travaillent pour parler de leur vie, de leur travail, de leurs loisirs autour de l’Évangile et avec un prêtre très sympa. Parler de ma vie à 18-20 ans ? La mienne c’était les « 4 B » : Boulot, Bagnole, Bal, Bar. La messe et tout le reste c’était bon pour les vieux. Mais c’est la rencontre avec la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) qui va changer ma vie.

Quelques mois après me voilà "bombardé" responsable de la JOC de Saint-Étienne pour quelques années. Entre temps, je m’étais engagé au syndicat CGT de l’usine dont je suis devenu par la suite secrétaire syndical dans la période "Manufrance". Mais entre temps le prêtre de ma paroisse, lui même aumônier JOC, m’avait reposé la question d’être prêtre. Pourquoi pas ? Dans cette période j’étais plutôt amoureux, je pensais au mariage ? Mais la question d’être prêtre était toujours là et surtout d’être prêtre comme ceux que je rencontrais à la JOC, mais aussi prêtre pour l’Eucharistie.

Je commençais alors des week-ends de recherche et en 1981 je quittais le travail alors que je risquais d’être appelé à des responsabilités syndicales et puis c’était l’avènement de la gauche. Comme je le dis en rigolant "J’avais à choisir entre Krasucki et Jésus Christ". Mais bon me voilà parti pour trois années en formation à Villefranche-sur-Saône où je vivais avec deux autres copains dans un quartier populaire et nous allions prendre nos cours à Lyon. Ce qui était bien c’est que notre formation intellectuelle repartait de notre vie et nos engagements sur le terrain. C’est à cette période que je renouais des liens avec mon ami Bernard Tordi prêtre sur notre paroisse. Je croisais Serge Vaganay aussi de temps à autres.

Mon ordination - mon retour au travail

Ordonné diacre en 1984 à Ars j’ai rejoint la paroisse de Saint Roch-Valbenoite où j’ai été ordonné prêtre en 1985. Plus tard je suis allé à la Terrasse - Saint Priest - Villars et en 1999 je suis venu sur la paroisse Saint François en Forez. La suite vous la connaissez .. ou peut-être pas ! En fait en 1992 j’ai demandé au Père Joatton et avec le soutien de copains prêtres de reprendre une activité salariée. J’étouffais à la cure, avec l’impression de ne servir à rien, de n’être là que pour les sacrements ; j’avais peur de perdre pied avec la réalité et le terrain sans plus d’engagements concrets et sociaux. L’évêque s’est réjoui de cette demande et me voilà parti au travail comme éducateur à la "Sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence" auprès d’un public de jeunes en grande difficultés d’insertion et ensuite à "Echange et Promotion" pour "faire de l’alphabétisation". Arrivé ici à Andrézieux, on est venu me chercher pour faire la même chose au Centre Social "le Nelumbo". Ce que je fais depuis 2001 et ce pour trois demi-journées par semaine actuellement.

J’accueille des personnes, en particulier des jeunes en difficultés d’insertion, à qui je fais passer des tests en français et que j’oriente sur des parcours de formation. Le reste du temps je suis curé !

Curé moi ? Jamais ! Que Dieu m’en préserve !

J’avais juré que je ne serai jamais curé, je rencontrais des copains qui ne vivaient pas toujours bien cette responsabilité lourde. C’est vrai elle est lourde si elle n’est pas partagée. Quand elle est partagée c’est du bonheur. "Comment fais-tu pour tenir les deux ?" me demande-t-on. Je ne sais pas, mais ce que je sais c’est que je suis heureux ! et surtout, surtout, je ne suis pas seul je suis dans une équipe pastorale et une paroisse vivante où il y a énormément d’acteurs. Ce travail salarié m’équilibre humainement et spirituellement, et m’aide à relativiser nos problèmes ecclésiaux.

Oui, j’aime cette mission avec les chrétiens en route avec d’autres chrétiens

JPEG - 108.7 ko
Gilbert Thollet au centre - photo Eglise à St Etienne

En dehors de ce temps au Centre Social, il y a les jeunes responsables de l’ACE et de la JOC que j’accompagne, les responsables des aumôneries collèges et lycées, les adultes en ACO et toute la pastorale dite ordinaire mais qui est tout sauf ordinaire : elle est extraordinaire. Oui, j’aime cette mission avec les chrétiens en route avec d’autres chrétiens à la recherche d’un Jésus Christ marchant à leurs côtés les menant vers ce Dieu Père, Amour. J’aime cette pastorale avec les enfants et leurs jeunes parents, avec ces jeunes couples, ces têtes blanches de nos assemblées qui nous parlent de fidélité et de foi. Oui, j’aime cette Église.

Mes questions - l’avenir - mes souhaits

L’autre jour à la Salette un enfant m’a demandé " Il n’y a pas un jour où tu as voulu tout arrêter ?". Je lui ai répondu "sincèrement depuis 25 ans il n’y a pas eu une seule fois, un seul instant où j’ai regretté mon choix. Il serait à refaire, je le referais. Pose la question à tes parents. Ils te répondront peut être la même chose".

L’avenir de l’Église ne me fait pas peur. L’église se donne, au fur et à mesure qu’elle avance, les moyens de sa mission, pourquoi changerait-elle ? Et puis l’Église c’est vous, c’est moi, c’est nous tous passionnés des gens, de l’Évangile, passionnés du Christ et de son Église. Il y a tant de raisons de rendre grâce pour tout ce dont nous sommes témoins comme prêtre.

Ce qui me fait mal bien sûr ce sont les débats qui secouent l’Église. Ce soupçon qui est posé en permanence sur les prêtres. Je rêverai, pour notre paroisse, que des chrétiens mettent en place un forum mensuel pour "libérer la parole", où nous pourrions, par exemple, nous expliquer ensemble sur les questions de pédophilie, de célibat etc... Je crains que des personnes ne puissent pas poser leurs questions et s’en aillent de notre Église sans faire de bruit. Pour le célibat, par exemple, il me semble que l’Église devrait laisser le choix, célibataire ou marié. J’ai vécu cela en Palestine.

Je reste persuadé qu’il nous faut garder nos énergies pour bâtir "l’aujourd’hui". Demain sera un autre jour...
Ah oui j’oubliais , je suis passionné de foot !

Gilbert Thollet
mai 2010

PS : Je voudrais remercier mes parents qui m’ont toujours laissé libre de mes choix . "L’important c’est que tu sois heureux".





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 08.05.2010 16:06 - Mis à jour le : 30.11.2010 20:57