Suivre le Diocèse de Saint-Etienne sur Facebook Suivre le Diocèse de Saint-Etienne sur Instagram Suivre le Diocèse de Saint-Etienne sur Youtube
ET - Actus

Événements

Ordination diaconale de Stéphane Chevillard : Interview

Date
28/06/2020
16 h 00 min - 18 h 00 min
Thématiques

Programme

L’ordination diaconale de Stéphane Chevillard aura lieu dimanche 28 juin 2020 à 16 heures à la cathédrale.

Pour des raisons liées à la crise du coronavirus, les places seront limitées conformément aux règles de distanciation en vigueur. Vous pourrez suivre EN DIRECT sur la chaîne YouTube du diocèse la messe d’ordination

Faire part d’Ordination

Interview de Stéphane Chevillard

■ Pouvez-vous vous présenter ?

Myriam et moi, sommes mariés depuis décembre 1992. Nous habitions la région parisienne avant de venir nous installer dans la Loire en 2000 à la suite d’une mutation professionnelle. Nous habitons à la Talaudière depuis 2003 (paroisse Sainte Cécile). Nous avons trois enfants  : Pauline 24 ans, Antoine 22 ans, Margot 19 ans. Je travaille dans l’informatique comme consultant pour des entreprises industrielles installées principalement autour de Lyon.

■ Quel est votre parcours de foi ?

Baptisé tout petit, j’ai suivi le parcours caté traditionnel fait par des laïcs (comme ma maman par exemple). Jeune, je n’ai pas souhaité recevoir le sacrement de confirmation. à cette époque, pour moi « cela ne représentait pas grand chose », puis, plus tard, je me suis dit – à tort – « que ce n’était pas pour les adultes ». J’ai reçu ce sacrement en 2016 à la cathédrale Saint Charles durant la période transitoire entre deux évêques, en présence du Père François Reynard. Ce parcours sacramentel a fait partie de mon cheminement vers le diaconat.

■ Quel est votre engagement en Église ?

Je suis un membre de l’équipe communication de la paroisse depuis 2008. Je participais aussi à l’animation d’un groupe d’adulte lors des « Dimanches Autrement » en paroisse. Je suis membre d’une équipe « Saint Luc ». Je suis également dans la conférence Saint Vincent de Paul de Sorbiers et La Talaudière.

■ Quel a été votre cheminement durant ce temps de préparation, depuis l’appel ?

Déjà, il faut souligner que, avant l’appel, je me disais « que j’aimerais bien être diacre », mais je n’en avais parlé à personne. Puis, est venue l’’interpellation. Elle a été faite par l’équipe pastorale de la paroisse en Juin 2015 par courrier. Ce jour-là, j’étais très occupé, et je me souviens avoir lu la lettre, puis l’avoir reposée. Ce n’est que le soir que je l’ai relue avec mon épouse. C’était une surprise, et une belle surprise ! Puis les questions se posent : qu’est-ce que cela implique ? Comment cela se passe ? Pourquoi m’ont-ils choisi ? C’est le Seigneur qui leur a parlé. Cela se passe dans la prière et le discernement de l’Église. Il faut le prendre comme une grâce, quelque chose qui nous rejoint au plus profond de nous.

Ensuite, nous avons discerné quelques semaines en couple avant de rencontrer Jean-Louis Reymondier (responsable de la formation des diacres) et Françoise Basson (membre de l’équipe pastorale à l’époque). Lors de cette rencontre, nous avons parlé principalement du ministère de diacre, de la formation, du discernement. La réponse se fait ensuite par étape : d’abord pour suivre la formation initiale « Théophile » associée à une aide au discernement avec deux diacres (Michel Fropier et Yves Masson et leurs épouses), puis entrée en formation officielle, l’étape d’admission (cérémonie en petit comité), celle de l’institution qui se fait en paroisse et enfin l’ordination.

A chaque étape, il y a discernement avec un attachement toujours plus grand au Christ et plus spécifiquement au Christ serviteur. Je vois aujourd’hui le chemin parcouru depuis cinq ans. Un chemin de connaissances par les formations reçues mais aussi un chemin de foi grâces aux étapes de l’admission, de l’institution et aux différentes retraites. C’est un vrai chemin de joie. La formation Théophile m’a appris qu’il y a plusieurs portes d’entrée dans la foi, cela m’a déculpabilisé (ma foi vient plutôt de la raison). Chacun suit son chemin, pas toujours en ligne droite. L’Église est riche de cette diversité des charismes, des communautés religieuses. L’Esprit souffle où il veut !

Stéphane Chevillard et son épouse
Stéphane Chevillard et son épouse

Quelle est la place de votre épouse et de vos enfants dans ce parcours ?

Mon épouse m’a beaucoup soutenu dans ce chemin. Sans son accord et son soutien, je n’en serai pas ici. C’est un engagement du couple même si je serai le seul à être ordonné, nous cheminons ensemble, d’une façon différente, mais ensemble. Les enfants sont attentifs à notre chemin. Ils nous voient heureux et c’est cela qui les rassure.

Comment appréhende-t-on un tel engagement dans le contexte de crise actuelle ?

Le contexte actuel a bouleversé nos plans comme pour beaucoup de personnes. Cependant, l’ordination d’un diacre pour le service de l’Église et du monde, dans une telle période, a beaucoup de sens. Nous avons donc choisi en accord avec notre évêque de maintenir la date au 28 Juin. La crise que nous vivons interpelle notre façon de prendre soin de l’autre. à travers mon ordination, c’est la diaconie qui est célébrée, mais cette diaconie est vécue largement dans notre diocèse. Elle n’est pas uniquement portée par les diacres et c’est heureux ! Par leurs ordination, ils en sont comme le signe et restent en première ligne, mais portés par le Peuple de Dieu. Un dernier mot ? C’est un beau chemin, un chemin de vie ! Quand on se sent appelé il ne faut pas hésiter il faut savoir lâcher prise et faire confiance.

 

Messe retransmise en direct sur notre chaîne Youtube

Chaîne YouTube du diocèse

Situer l'événement

Chargement de la carte…