paroisses/saint-ennemond-en-gier-table-ronde-oecumenique-sur-la-fin-de-vie
Suivre le Diocèse de Saint-Etienne sur Facebook Suivre le Diocèse de Saint-Etienne sur Instagram Suivre le Diocèse de Saint-Etienne sur Youtube
WP_Term Object ( [term_id] => 108 [name] => Vie des paroisses [slug] => paroisses [term_group] => 0 [term_taxonomy_id] => 108 [taxonomy] => category [description] => [parent] => 0 [count] => 394 [filter] => raw )
ET - adulets et vie chrétienne. V2

Vie des paroisses

Saint-Ennemond-en-Gier : table ronde œcuménique sur la fin de vie

Publié le 3 février 2023

MEA mains médecin patient

Mardi 24 Janvier 2023, chrétiens de la paroisse Saint-Ennemond-en-Gier, de l'Église protestante unie de France et de l'Église Arménienne Catholique Saint Grégoire de Narek se sont retrouvés pour une soirée consacrée à la fin de vie.

Plusieurs intervenants ont pris la parole : Le P. Thierry Magnin (en visio), M. David Charrier (anesthésiste au CHU), le P. Gilbert Thollet curé de Saint-Ennemond, M. Alain Pelissier pasteur de l’Église unie de France et le  P. Raphaël Chefikian curé de l’Église Saint-Grégoire de Narek des Arménienne Catholiques de Saint Chamond. 

David Charrier , anesthésiste, a livré un texte de sa composition: « Je ne peux pas être celui qui te fera mourir…»
Moment fort . Texte magnifique à découvrir ci-dessous. 

Le P. Raphaël Chefikian partage également son intervention : “La mort est une virgule, pas un point”

 

Je ne peux pas être celui qui te fera mourir - M. David Charier

Il m’est arrivé d’hésiter devant la porte de ta chambre, et quelque fois il m’a fallu bien du courage pour entrer parce que je savais que ça serait dur, pour toi comme pour moi.

Je me suis assis, toujours, pour que nous puissions nous regarder les yeux dans les yeux. Tu m’as dit tes peurs, tes peines et ta douleur, j’ai entendu ta colère et tes cris de rage, ou de désespoir, mais aussi tes espoirs, tes moments de joie et de soulagement.

Je t’ai écouté me dire que tu ne pouvais pas vivre cette vie-là, mais aussi que tu voulais vivre.
Je t’ai écouté quand tu as crié que tu voulais mourir, mais aussi que tu ne voulais pas mourir.
J’ai essayé d’entendre au-delà des mots. J’ai touché ton corps blessé, malmené, abîmé par la maladie.

J’ai partagé avec toi ce que je savais, j’ai essayé de trouver des mots simples pour dire des choses tellement compliquées.
J’ai écouté tes questions et j’ai tenté d’y répondre.
Je n’ai pas eu peur de te dire que je ne savais pas quand je ne savais pas, et nous avons fait face à l’incertitude, qui est souvent le plus difficile à vivre.

Nous avons cherché des solutions, ce que je pouvais proposer et ce que tu pouvais accepter, ce qui me semblait utile et ce qui te semblait possible.
Nous avons bricolé, inventé, pour ne faire que du sur-mesure.

J’ai tenté sans relâche de te soulager, t’apaiser ou te réconforter ; je n’ai pas renoncé.
J’ai essayé de ne jamais avoir l’air fatigué ou las, car je sais combien l’attention de l’autre importe.

Nous avons ri aussi, parce que l’on peut rire de tout et que parfois il vaut mieux en rire que d’en pleurer.

Je connais ton père, ta mère, tes enfants et beaucoup de ceux qui t’aiment.
Je connais un peu de ton histoire et de la leur. J’ai essuyé leurs larmes, je les ai vu te sourire.
Parfois je connais ta maison, ton jardin et ton chien qui est venu te voir dans notre service.

J’ai pensé à toi dans la voiture en rentrant chez moi, tu m’as rappelé ma mère, mon fils ou un ami.
ll m’est arrivé de rêver de toi et d’avoir envie de te dire que chez moi ce n’est pas chez toi.

J’ai fait avec toi un bout de chemin, le bout de ton chemin, et je suis revenu seul.
Puis je suis reparti avec un autre, puis encore un autre.

Je peux accepter que tu meures, parce que c’est la vie, même quand elle est dure.
Parce que je sais tout cela de toi, parce que nous avons partagé tout cela, parce que je sais ton nom et celui de tes enfants, parce que je t’ai promis que nous serions là jusqu’au bout quoi qu’il arrive, je ne peux pas t’abandonner, même pour protéger ma conscience.

Mais je ne peux pas non plus être celui qui te fera mourir, car alors une partie de moi mourrait avec toi. Je te verrais dans les yeux de mes enfants, je t’entendrais la nuit, tu ferais route avec moi, je resterais dans l’entre-deux de la vie et de la mort, et je ne pourrais plus ensuite prendre le risque de reprendre le chemin avec d’autres.

Pour continuer à vivre, aimer et soigner, je dois garder mes distances.
Je ne peux pas mourir avec toi, je ne peux pas être celui qui te fera mourir.

La mort est une virgule, pas un point - P. Raphaël Chefikian

« Ma conviction sur la fin de la vie, c’est qu’il est nécessaire d’accompagner la personne malade jusqu’à la fin de sa vie terrestre. Ce que j’ai eu l’occasion, à plusieurs reprises, d’effectuer.
Et à chaque fois, j’ai pensé à la crucifixion de notre Seigneur Jésus et à cette longue agonie lors du Chemin de la Croix. Agonie que vivent nombre de malades lors de leur fin de vie.
Et dans ce long chemin vers la mort, on se rend compte que Jésus a toujours été accompagné, jamais il n’est resté seul : Jésus rencontre sa mère, Notre mère, Marie de Nazareth; Simon de Syrène aide Jésus à porter la croix; Jésus rencontre les femmes de Jérusalem…
Au pied de la croix il y avait :
– Sa mère
– Marie Madeleine
– Marie la mère de Jacques et Joseph
– la mère des fils de Zébédée.
– l’apôtre Jean était le seul disciple de Jésus présent.
– les 2 brigands crucifiés avec Jésus.
-Des femmes regardent de loin, des Romains, des Juifs…
Tous les proches de Jésus, présents lors de son agonie, tous savaient que Jésus allait mourir dans de terribles souffrances. Personne n’a abrégé sa mort, mais tous l’ont accompagné partageant ses douleurs, pleurant, mais ne le laissant pas seul jusqu’au dernier souffle de vie.
Après la mort de Jésus, Joseph d’Arimathie, disciple de Jésus, demande à Ponce Pilate son corps pour l’enterrer, et Pilate le permets.
Pilate, un romain lui à déclaré avant un jour : “Voici l’Homme”. “Homme avec un H majuscule”.
Nicodème le pharisien, un étudiant de l’ancien testament, qui pendant la nuit vient pour voir Jésus, apporte un mélange de Myrrhe et d’aloès pour soigner le corps de Jésus.
Pour moi la maladie, la mort sur le chemin de notre vie, c’est une virgule.
Étant chrétien, si on croit en Dieu :
– Dieu des vivants
– Dieu miséricordieux
– Dieu miraculeux
On n’a pas le droit de remplacer la virgule par un point … »

Articles en relation

Plus d'actusPlus d'actus

Agenda / événements

Journée diocésaine de la Vie Consacrée
31
Mai
Journée diocésaine de la Vie Consacrée
Journée diocésaine de la Vie Consacrée
Conférence-spectacle : Saint Charles de Foucauld, source d'eau vive dans le désert.
31
Mai
Conférence
Conférence-spectacle : Saint Charles de Foucauld, source d’eau vive dans le désert.
Conférence-spectacle : Saint Charles de Foucauld, source d’eau vive dans le désert.
Théâtre : Joseph et ses frères, une histoire de fraternité et de pardon
Culture
31/05/2024
Théâtre : Joseph et ses frères, une histoire de fraternité et de pardon
Théâtre : Joseph et ses frères, une histoire de fraternité et de pardon
Natasha St Pier en concert à Saint-Chamond
Culture
31/05/2024
Natasha St Pier en concert à Saint-Chamond
Natasha St Pier en concert à Saint-Chamond
Tu cherches Dieu ? : viens rencontrer des sœurs qui l'ont trouvé ... et le cherchent encore !!!
Jeunes
01/06/2024 - 02/06/2024
Tu cherches Dieu ? : viens rencontrer des sœurs qui l’ont trouvé … et le cherchent encore !!!
Tu cherches Dieu ? : viens rencontrer des sœurs qui l’ont trouvé … et le cherchent encore !!!