Suivre le Diocèse de Saint-Etienne sur Facebook Suivre le Diocèse de Saint-Etienne sur Instagram Suivre le Diocèse de Saint-Etienne sur Youtube
ET - pilat et saint-étienne

Le diocèse de Saint-Étienne

Qui es-tu, Saint-Etienne ?

saint Étienne nous invite à plonger au coeur de la vie de la première chrétienne, celle qui après, la mort et la résurrection et dans l’élan de la Pentecôte se forme autour des Douze apôtres. Il est mort martyre, lapidé, sous les yeux de Saül alors persécuteur de lÉglise naissante et qui deviendra saint Paul, infatigable missionnaire de l'évangile.

Tout ce que nous savons d’Etienne – dont le nom grec, Stephanos, signifie « le couronné », se trouve dans le livre des Actes des Apôtres, aux chapitres 6 et 7. Etienne fait partie de ces disciples de Jésus, juifs mais de langue grecque, qui sont choisis par les apôtres pour le « service des tables » lors des assemblées de la communauté primitive (Actes 6, 1-5). Six compagnons sont associés à Etienne, mais c’est sur lui qu’est centré le récit ; mis en accusation devant le Sanhédrin, il témoigne de sa foi en Jésus dans un long discours que rapporte le livre des Actes (7, 2-53) ; condamné à mort, il est aussitôt lapidé, en présence d’un jeune homme nommé Saul qui est le futur saint Paul ; Etienne meurt en invoquant Jésus comme Seigneur et en pardonnant à ses bourreaux (Actes7, 58-60). Sa mort entraîne la dispersion de ces compagnons, dispersion qui amène la première « mission » en dehors de Jérusalem (Actes 8, 4).

Quand, au début du second siècle, l’Eglise établira solidement le système des ministères – évêques, prêtres et diacres – on verra dans Etienne le  « premier diacre », et le récit d’Actes 6 comme étant celui de « l’institution des diacres ». La plus ancienne mention d’Etienne en dehors du Nouveau Testament se rencontre dans le traité d’Irénée de Lyon Contre les Hérésies : « Etienne, dit-il, fut choisi par les Apôtres comme le premier diacre ;  le premier aussi de tous les hommes, il suivit les traces du martyre du Seigneur ». Ainsi vers 190, pour la tradition de l’Eglise dont Irénée est le témoin, Etienne est considéré comme le premier diacre et le premier martyr.

Il faut attendre le début du V° siècle pour voir se développer le culte d’Etienne. Suite à une vision, un prêtre de Palestine, Lucien, « découvrit » le tombeau où reposait Etienne, en compagnie de Nicodème et du pharisien Gamaliel. Reconnues par les évêques de Terre Sainte qui se trouvaient alors réunis en synode – ce sont là des faits historiquement attestés – les reliques furent solennellement transportées à Jérusalem, un 26 décembre ; c’est cette date qui devint la fête de saint Etienne, et la basilique construite à Jérusalem en son honneur abrite aujourd’hui l’Ecole Biblique. Des reliques furent transportées en occident – nous avons à ce sujet le témoignage de saint Augustin. De ce fait, de nombreuses cathédrales françaises furent dédiées à saint Etienne : Besançon, Bourges, Auxerre, Toul, Metz, Châlons-en-Champagne, Chalon sur Saône, Toulouse … et également la cathédrale primitive de Lyon.

C’est parce que les chanoines de Lyon avaient quelques possessions dans la région que l’église primitive du village situé sur les bords du Furan fut dédiée à saint Etienne,  dans les premières années du XIIIème siècle, au moment où se construisait à peu de distance l’abbaye de Valbenoîte. Le village prit le nom de son église, Saint-Etienne de Furan – devenant au fil du temps une ville, qui a donné, il y aura bientôt cinquante ans, son nom à un nouveau diocèse : celui de saint Etienne, « martyr et  premier diacre de la nouvelle Alliance ».

Abbé Bruno Martin
Chancelier
Recteur de la cathédrale

Gravure de saint Étienne (archives diocésaines)

Services ressources du diocèse

Je donne en ligne !