Suivre le Diocèse de Saint-Etienne sur Facebook Suivre le Diocèse de Saint-Etienne sur Instagram Suivre le Diocèse de Saint-Etienne sur Youtube
ET - Actus

Événements

Journée mondiale de la communication chrétienne

Date
16/05/2021
Toute la journée

Programme

Chaque année, depuis le concile Vatican II, les catholiques sont invités à participer à la « Journée Mondiale des Communications Sociales » le dimanche entre l’Ascension et la Pentecôte. En France, elle s’appelle la journée mondiale de la communication chrétienne.
Cette année, elle a lieu le 16 mai 2021.
 
Il n’y a pas de quête impérée pour notre diocèse, mais c’est l’occasion de faire découvrir aux chrétiens les médias et les supports de communication proposés par l’Église, tant au niveau des paroisses, du diocèse ou de l’Eglise de France, et à prier pour les communicants.
 
A cette occasion le Saint Siège publie le message du pape tous les ans  le 24 janvier en la fête de Saint François de Sales (patron des journalistes). Ce message contient une prière qui peut être lue lors de la messe .
 

Message du Pape François

« Viens et vois » (Jn 1,46).
Communiquer en rencontrant les personnes où et comme elles sont

 

Prière proposée dans le message du pape François

Seigneur, enseigne-nous à sortir de nous-mêmes,
et à marcher à la recherche de la vérité.
Enseigne-nous à aller et à voir,
enseigne-nous à écouter,
à ne pas avoir de préjugés,
à ne pas tirer de conclusions hâtives.
Enseigne-nous à aller là où personne ne veut aller,
à prendre le temps de comprendre,
à porter l’attention sur l’essentiel,
à ne pas nous laisser distraire par le superflu,
à distinguer l’apparence trompeuse de la vérité.
Donne-nous la grâce de reconnaître tes demeures dans le monde
et l’honnêteté de raconter ce que nous avons vu.

Pape François 

 

Extraits du message du pape

Cette année, je désire consacrer le Message à l’appel à « venir et voir », comme suggestion pour toute expression de communication qui se veut limpide et honnête (…) « Viens et vois » est la façon dont la foi chrétienne s’est communiquée, à partir des premières rencontres sur les rives du Jourdain et du lac de Galilée.

(…) La crise de l’édition risque de conduire à une information fabriquée dans les rédactions, devant les ordinateurs, les écrans des agences, sur les réseaux sociaux, sans jamais sortir dans la rue, sans plus “user les semelles des chaussures”, sans rencontrer les personnes pour chercher des histoires ou vérifier de visu certaines situations.  Si nous ne nous ouvrons pas à la rencontre, nous demeurons des spectateurs extérieurs, en dépit des innovations technologiques qui ont la capacité de nous placer face à une réalité amplifiée dans laquelle il semble que nous sommes plongés. Tout instrument n’est utile et précieux que s’il nous pousse à aller et à voir des choses que nous ne saurions pas autrement, s’il met en réseau des connaissances qui autrement ne circuleraient pas, s’il permet des rencontres qui autrement n’auraient pas lieu.

Aux premiers disciples qui veulent le connaître, après le baptême dans le Jourdain, Jésus répond : « Venez et voyez » (Jn 1, 39), les invitant à habiter la relation avec lui. Jean dit à Nathanaël « Viens et vois »(cf. vv. 45-46). Nathanaël va et voit, et à partir de ce moment, sa vie change. La foi chrétienne commence ainsi. Et elle se communique ainsi : comme une connaissance directe, née de l’expérience, pas par ouï-dire. Le « viens et vois » est la méthode la plus simple pour connaître une réalité. C’est la vérification la plus honnête de toute annonce, parce que pour connaître, il faut rencontrer, permettre que celui qui est en face me parle, laisser son témoignage m’arriver.

Le journalisme également, en tant que récit de la réalité, exige la capacité d’aller là où personne ne va : un déplacement et un désir de voir.(…) Nous devons dire merci au courage et à l’engagement de nombreux professionnels qui travaillent souvent en courant de grands risques pour raconter (…) les abus contre les pauvres, les guerres oubliées. Ce serait une perte non seulement pour l’information, mais pour toute la société et pour la démocratie si ces voix disparaissaient : un appauvrissement pour notre humanité.

De nombreuses réalités de la planète, encore plus en ce temps de pandémie, adressent au monde de la communication l’invitation à “venir et voir” (…) Les personnes qui, surmontant la honte, font la queue devant les centres de la Caritas pour recevoir un colis de nourriture font souffrir, et ne font pas beaucoup de bruit.

 (…) Grâce à internet, nous avons la possibilité de raconter ce que nous voyons, ce qui a lieu sous nos yeux, de partager des témoignages positifs. 

(…) Mais tous sont désormais conscients également des risques d’une communication sociale privée de vérifications. Nous sommes tous responsables de la communication que nous faisons, des informations que nous donnons, du contrôle que nous pouvons exercer ensemble sur les fausses nouvelles, en les démasquant. Nous sommes tous appelés à être témoins de la vérité : à aller, voir et partager. Dans la communication, rien ne peut jamais complètement remplacer le fait de voir en personne. Certaines choses ne peuvent s’apprendre qu’en en faisant l’expérience. En effet, on ne communique pas seulement à travers les paroles, mais avec les yeux, avec le ton de la voix, avec les gestes. La force d’attraction de Jésus sur ceux qui le rencontrent dépendait de la vérité de sa prédication, mais l’efficacité de ce qu’il disait était indissociable de son regard, de son comportement, et même de ses silences.

(…) La bonne nouvelle de l’Evangile s’est diffusée dans le monde grâce à des rencontres de personne à personne, de cœur à cœur. Des hommes et des femmes qui ont accepté la même invitation, “Viens et vois”, et qui ont été frappées par un “surplus” d’humanité qui transparaissait dans le regard, dans la parole et dans les gestes de personnes qui témoignaient de Jésus Christ.(…) Paul de Tarse aurait certainement utilisé la poste électronique et les messages sociaux. Mais ce furent sa foi, son espérance et sa charité qui impressionnèrent ses contemporains qui l’écoutaient prêcher et qui eurent la chance de passer du temps avec lui, de le voir au cours d’une assemblée ou d’un entretien individuel. Ils constataient, en le voyant à l’action dans les lieux où il se trouvait, combien son annonce de salut (…) était vraie et féconde pour la vie.

(…) l’Evangile se reproduit à nouveau aujourd’hui, chaque fois que nous recevons le témoignage limpide de personnes dont la vie a été changée par la rencontre avec Jésus. Depuis plus de deux mille ans, c’est un enchaînement de rencontres qui nous communique la fascination de l’aventure chrétienne. Le défi qui nous attend est donc celui de communiquer en rencontrant les personnes où et comme elles sont.

Franciscus – Rome, Saint-Jean de Latran, 23 janvier 2021, veille de la mémoire de saint François de Sales